//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: PARTY HARD :: LES RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Breaking our bones. ~ Nausicaa

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-03, 00:00
Breaking our bones.
Hold your breath.

C’était un après-midi bouillant, et Gabe crevait de chaud et il suait comme un porc quand il a choppé le Valkyrie en pleine transaction d’informations. Ça craint parce que, en général, Gabe est envoyé pour tabasser et faire bouclier, attraper les sous-fifres du Valhalla, et c’était tout.

Sauf que là, depuis que Madame La Maire a décidé d’en faire son chien de garde, les supérieurs commencent à lui demander des trucs chelous. Comme de faire passer un interrogatoire ‘musclé’ à sa proie du jour. Gabe il frappe, mais jamais le premier. Et surtout, s’il frappe, c’est parce qu’on le cherche. Ou qu’il vraiment, mais alors VRAIMENT une bonne raison. Gabe c’est une tête brûlée, pas un putain de bourreau.

Mais bon, il a été obligé de ravaler le hurlement de terreur qui menaçait de dépasser ses lèvres, de feindre un sourire, et d’acquiescer.

Et maintenant, il est là.

Il se tient de l’autre côté de la vitre sans teint, et il mate le gars qu’il vient d’attacher à cette chaise sur laquelle il est assis, et où il attend, et il sait probablement ce qu’il va lui arriver, mais si c’est le cas il ne le montre pas. Ce gars est mignon, Gabe pense, il a l’air sympa. Et plus il pense ça, plus il sent son ventre se nouer.

C’est quoi un interrogatoire musclé de toute façon ?

Non, joue pas au con, tu sais très bien c’que c’est, c’pas comme si t’avais jamais vu Lazarus et les autres démonter la gueule d’un pauvre gosse qui avait de près ou de loin un lien avec le Valhalla. Et puis, tu t’es engagé là-dedans, pour servir la justice et la ville d’Equilibrium. Pas pour avoir des doutes et éprouver une quelconque moral. Alors bouges toi le cul, Gabe. Allez. Rentre la dedans et soutire lui les infos qu’il allait transmettre. Fais-le.

« Fais-le. » Il se dit à lui-même, à voix haute, et se claque le visage avec les paumes de ses mains. Une vague d’appréhension et d’une sourde excitation s’empare de lui tandis qu’il pénètre dans la salle d’interrogatoire. Il essaye d’ignorer la table avec les instruments de tortures qui sont posés la, juste à côté, encore maculés du sang du pauvre gars qui s’est fait travailler par Crépuscule la veille. En ce moment, les Valkyries tombent comme des mouches, parce qu’il y a un tel afflux d’informations qui circule, que les Ragnarök n’ont qu’à plonger la main dans le nid pour en attraper une poignée. Seuls ceux avec des pouvoirs ont une chance d’y échapper.

« Ton nom. » Il aboie, pour essayer de se donner consistance, et parce que, pour être honnête, il a aucune idée de comment s’y prendre. En plus il crève de chaud putain. Il retire sa veste, et la jette sur la table près des instruments de torture. Il se retourne vers le petit brun, et commence à tourner autour de lui comme un vautour, espérant arborer un air menaçant. Si le gamin pouvait craquer rapidement et facilement, alors Gabe n’aurait surement pas besoin d’employer trop de moyens douteux.
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-03, 00:44

crash crash burn, let it all burn
musique – C'est la deuxième fois, putain.
Dire que tu étais enjoué à l'idée d'entamer enfin ton travail après des mois d'apprentissage, il t'a suffit de gambader joyeusement dehors pour te faire attraper par vos ennemis jurés du Ragnarök. Deux fois. Plus tu y penses, plus tu as honte, plus t'as envie de rire de toi – si seulement tu n'étais pas attaché si fermement à cette chaise.

T'as le visage bas et les pensées brouillées. Et comme toujours, tu n'as aucune idée de comment te sortir de ce pétrin – tu ne comptes pas non plus sur tes deux partenaires qui sont loin de t'apprécier pour venir te sauver encore aujourd'hui. Ah. Quel merdier. Tu lâches un soupir. Autour de toi, tu distingues différents instruments. Ils sont en bon état mais mériteraient un peu de nettoyage tout de même. Tu espères ne pas te chopper de maladie si jamais ils... Ils les utilisent contre toi.
Tu es tellement emmerdé par la situation dans laquelle tu te retrouves – encore – que tu n'arrives plus vraiment à paniquer. Le soldat de la dernière fois t'a suffisamment cuisiné pour que tes réactions ne témoignent que ton embêtement plutôt que de ta colère ou de ton effroi. Au fond de toi, tu espères que ce sera le type de la dernière fois – le grand brun de dix-sept ans – qui débarque dans la pièce pour qu'il te libère (il sait désormais qu'il n'y a rien à tirer de toi) (au moins ça assurerait tes chances de survie) (tu crois).

Puis enfin, la porte s'ouvre. Ton visage pivote vers ton futur bureau et tu es étonné de voir un autre garçon assez jeune. Il a le crâne rasé, le regard en feu et déjà quelques traits marqués sur le visage. Lui, il a le sang chaud, tu peux le deviner rien qu'à sa tête. Ton nom. Ah. Qu'est-ce que tu disais. Au moins, il a le mérite d'être direct. Tu soupires ;

« Nausicaa Hepburn, j'ai vingt ans, je suis valkyrie, oui je suis gay même si c'est assez compliqué de définir cela étant donné que j'ai une queue et un vagin mais surtout... Surtout... Tu lèves le bout du nez vers lui, l'air provocateur puis ennuyé. J'ai le trou du cul vachement dilaté parce que vous commencez à vraiment me faire chier, le Ragnarök. »

Tu laisses échapper un rire et ta tête retombe au même moment. Tu es toujours à prendre les choses à la légère, à relativiser ou à laisser un peu d'humour s'échapper. Pas sûr que ça plaise au gars en face, mais tu prends le risque.

« Franchement, c'est la deuxième fois que vous m'attrapez, vous voulez pas noter mon nom une bonne fois pour toute sur un post-it et me laisser tomber... ? »

Lances-tu, plaintif. Pour la seconde fois, ton visage se redresse. Tu souffles en l'air pour dégager quelques mèches brunes striant ta vue pour mieux le fixer lui. Tu sens tes mains s'engourdir un peu plus, ces attaches sont de vrais garrots.




breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-03, 01:26
Breaking our bones.
Dream a little dream.

Gabe reste là, la bouche grande ouverte parce que…
« Wow, WOW mec ! Okay, trop d’informations, j’étais pas prêt ?! » Il laisse échapper, et adieu sa crédibilité de bourreau. « Attends, quoi ? Un pénis ET un vagin ? »

Ses yeux s’écarquillent encore plus, et il sent ses joues rougir malgré lui. Il secoue la tête parce que, bordel c’est VRAIMENT pas important, que ce gars soit intersexuel ou non ça ne devrait même pas être mentionné dans cette pièce. Il se retourne dos à lui, et il presse sa paume contre sa face, pour essayer de se calmer. Il a envie de rire, pas à cause de ce qu’il lui a dit, mais parce qu’il lui a dit, et qu’il ne s’y attendait pas du tout. Il finit par lâcher un petit rire parce que, le dernier commentaire de Nausicaa l’a achevé, quelque part. C’est quelque chose que Gabe lui-même aurait sorti, si les rôles avaient été inversés, probablement.

« Putain t’es un vrai cas, toi. » Il marmonne.

Il reste dos au brun, et se dirige vers les instruments. Qui le révulsent. Mais au moins ça le calme. Il prend un scalpel en main, le manipule quelques secondes, avant de se retourner vers Nausicaa. Il le fixe, et il se dit qu’il n’aurait jamais deviné que ce gars-là avait un vagin – Bordel Gabe reprends toi, on avait dit que cette information-là n’avait RIEN d’utile.

« Tu sais, le fait que tu m’dises que tu sois du Valhalla n’arrange pas ton cas, et me donne encore plus de raison de te garder ici. Tu m’as l’air un peu idiot, tu dois être nouveau dans le business je suppose. Surtout si tu t’es déjà fait chopper avant. »

Il plisse les yeux et s’approche. « Puisque t’as l’air d’avoir la langue bien pendue, tu dois pouvoir me donner quelques noms ? Ceux des autres. Qu’on puisse t’apporter un peu de compagnie dans ta future cellule. » Il hausse ses sourcils avec une petite moue narquoise, tout en faisant tapoter la tête tranchante du scalpel contre sa paume. Peut être que ça allait être un peu plus facile que prévu.
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-03, 22:31

crash crash burn, let it all burn
musiqueAttends, quoi ? Un pénis ET un vagin ?
Tu ne peux pas t'empêcher d'esquisser un sourire de satisfaction. Les gens sont souvent un peu chamboulés lorsqu'ils apprennent la réalité sur ta... physionomie plutôt atypique malgré l'époque. Tu le vis bien – ça n'a pas toujours été le cas en revanche – alors tu te permets d'en jouer dans des situations comme celles-ci, car loin de toi l'idée de t'en vanter à longueur de journée, c'est assez particulier. Toujours est-il que ton futur bourreau t'apparaît tout à coup bien plus sympathique qu'au départ. Il a l'air... Décontracté, jeune dans sa tête. Vraiment pas la tête du vrai soldat du Ragnarök – sans chercher à l'offenser, bien entendu.

Tu demeures silencieux un moment et déglutis en le voyant se saisir du scalpel à tes côtés. Les types du Moyen-Âge avec leurs outils à deux balles baisseraient les yeux s'ils pouvaient voir tout ça... La joie qui creusait tes joues jusqu'alors se dissipe lorsqu'il te rappelle à l'ordre : tu n'es vraiment pas qualifié pour un Valkyrie. Tu te mords la lèvre, il n'a pas vraiment tort. Tu fuis son regard quelques instants avant de le reposer sur lui à nouveau. Tu as beau être effrayé, tu fais toujours face à ton adversaire du mieux que tu le peux, c'est ce que tes sœurs t'ont appris du moins. Puisque t’as l’air d’avoir la langue bien pendue, tu dois pouvoir me donner quelques noms ? Ceux des autres. Qu’on puisse t’apporter un peu de compagnie dans ta future cellule.

Tu souffles. « Si je n'étais pas du Valhalla, je ne serais pas là, ça me semble logique... Qui est le plus idiot maintenant ? »
Tu ignores si le provoquer est la meilleure des solutions. Tu es tellement exacerbé par les faits que tu ne réfléchis même plus avant de parler.

« En tout je suis peut-être mauvais mais je ne suis pas un traître. Tu te cales dans le fond de ta chaise. Ca tombe bien je n'aime pas trop mes collègues, si je peux avoir une cellule pour moi tout seul ça me va. Question suivante ? J'ai même pas de buzzer, vous auriez pu faire un effort... »


breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-04, 13:33
Breaking our bones.
Gabe plisse les yeux, parce que même s’il est hilarant le gars le prend clairement pas au sérieux, et Gabe a besoin qu’il le prenne au sérieux. Okay c’est plus facile de délirer, bâcher et se faire bâcher en retour. Mais il est pas là pour ça.
« Tu veux buzzer avec quoi ? Ta tête ? » Il laisse échapper un petit rire sec, et fait tourner le scalpel entre ses doigts. « En général les autres essayent au moins de baratiner, et de ne pas clamer tout hauts qu’ils font partie de l’organisation illégale qu’est le Valhalla. » Il se rappelle des quelques gars qu’il a choppé dans le passé, et qui remuaient sans cesse en clamant qu’il y avait erreur sur la personne. Hah, c'était le bon temps. Foncer dedans et traîner les mecs jusqu'ici, pour les balancer dans la cellule et attendre que le supérieur ne vienne faire son interrogatoire.

Une fois qu’il a fait le tour de Nausicaa, il l’attrape, de sa main libre, par le col de son tee-shirt, et le tire en avant, tout en enjambant ses cuisses, se tenant debout, tout près de lui. Il tire sa tête habituelle, celle qu’il réserve à ceux qu’il veut intimider.




« Prochaine question ? Hm, voyons. Qu’est-ce que tu penses de l’information que tu devais livrer ? Allez accouche. Ou je vais être obligé de te saigner. » Il presse la lame fraiche du scalpel contre la jugulaire de Nausicaa, son propre cœur battant à tout rompre. Il remarque quelques traces juste là. Il hausse un sourcil. « Dis-moi, tu te serais pas déjà fait attraper par l’un des nôtres ? »
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-06, 18:44

crash crash burn, let it all burn
musique – Pourquoi tu nierais ? Tu n'es pas du genre à tourner autour du pot, tu t'es fait attrapé et tu dois juste faire face à la réalité. Tu n'es pas assez bête pour essayer de faire croire à ton bourreau que c'est une erreur alors qu'ils t'ont attrapé en plein vol, ce serait comme dire au juge qu'on a tué personne alors qu'on a été attrapé en train d'ouvrir quelqu'un en deux... Ou peut-être est-ce de la folie ? Tu soupires un moment. Tu le sais ; ils ne t'auraient pas plus foutu la paix si tu t'étais démené à leur faire croire que tu n'es pas un Valkyrie.

Ton cœur fait un bond lorsque ton tissu s'étire et que ton dos se redresse. Dans un autre contexte, tu aurais sans doute trouvé sa tête amusante mais à la place, elle te fait pincer les lèvres d'appréhension. Et le scalpel... Ah. Le scalpel. Tu fronces les sourcils par réflexe. La lame est froide. Il lui suffirait d'appuyer un peu plus pour faire gicler le sang tant elle est tranchante. Merde, ta poitrine va exploser. Dis-moi, tu ne te serais pas déjà fait attraper par l'un des nôtres ?

« Il me semblait bien avoir précisé y a une minute que c'était la deuxième fois que vous m'attrapiez... »

Y a autant de nonchalance que d'angoisse dans ta voix.

« En fait... J'ai l'impression que vous comprenez pas tout au Ragna'. J'livre une information que j'connais pas, alors qu'est-ce que je peux en penser ? Pour moi c'est un bout de papier plié en quatre que je me trimballe dans une poche, j'ai pas l'droit d'l'ouvrir, pour c'que j'en ai à foutre de toute manière... T'en peux plus de te répéter. Tu espères ne pas te faire attraper une troisième fois. Dites euhm, ça vous embêterait pas d'au moins retirer le scalpel ? C'est un peu flippant, haha... »


breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-07, 00:24
Breaking our bones.
Intimidation.

Ah, oui. Gabe est un peu con après tout. A force de jouer les cons, il l’est surement devenu pour de vrai de toute façon. Il agrippe le col de Nausicaa un peu plus fort et se penche en avant, leurs nez se frôlant légèrement. Il porte toujours son expression de mafieux terroriste sur le point d’éclater un chiwawa, et il presse la lame un peu plus contre le cou du brun, la chair cédant légèrement pour laisser s’écouler quelques gouttes de sang. Il frémit légèrement, espérant que l’autre ne s’en rendrait pas compte.

« Allons, j’suis sûr que tu as bien été un petit curieux, et que t’y as jeté un œil. Qui ne le ferait pas ? Moi je le ferais en tout cas. »
Il recule le scalpel et le jette à terre, avant de venir agripper soudainement le cou de Nausicaa, avec assez de force pour faire pression sur la plaie et en faire exsuder un peu plus de sang.

« Pas de scalpel ? J’vais devoir me salir les mains, alors. »
Il a beau essayer de jouer les durs, là, il se pisse presque dessus, mais quelque chose en lui remue légèrement d’excitation. Il n’a jamais eu le control total sur quelqu’un de cette manière, de façon aussi intime. En général lorsqu’il prend le control sur quelqu’un c’est pour lui défoncer la gueule dans les règles en publique avant de le capturer.

Cet interrogatoire est un vrai labyrinthe pour Gabe, et probablement pour Nausicaa. Gabe n’a aucune idée de ce qu’il est censé extorquer à Nausicaa, et en plus le gars a vraiment l’air de n’être au courant de rien. Gabe se demande si ce n’est pas le cas de tous les autres Valkyries qu’ils ont capturé jusqu’ici, et si ces interrogatoires ne sont pas juste des séances de défouloir gratuites.

Attention Gabe, tu t’aventures sur une piste glissante. Ne commences pas à remettre en questions les méthodes de tes employeurs. Tu es la pour leur obéir à la lettre après tout, fais ton travail, se sermonne-t-il. « Parle, ou je vais devoir te remodeler ton visage, et crois-moi ça serait dommage parce que t’es plutôt joli comme ça. »
Il sourit en coin, même si franchement, niveau commentaire déplacé il aurait pu faire mieux.
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-08, 17:45

crash crash burn, let it all burn
musique – Tu tires la grimace un lourd moment. Bien sûr que non tu n'es pas curieux, tu as été formaté pour ne pas l'être – pas au travail du moins. Ca ne te viendrait jamais à l'idée de lire ce que tu as dans les mains tant que ça ne te regarde pas, là repose tout l'engagement du Valhalla. Tu ne peux pas t'empêcher de pousser un soupir assez lourd. Ce gars-là a vraiment la tête en feu, il n'arrête pas de brailler, de bouger, et surtout, il ne réfléchit pas. Tu imagines que c'est comme ça que ça se passe quand on a des gros bras, on s'imagine que le cerveau est optionnel du moment qu'on fait peur et qu'on tape fort. Tu n'es cependant pas en position de le lui faire remarquer et bien au contraire, tu fais profil bas – avec un scalpel contre la jugulaire, que peux-tu faire de plus après tout ? Tu n'as aucun choix que celui d'être réduit au rang de victime. Encore. Un jour, tu t'y habitueras, qui sait – même si tu espères que ce cas de figure ne parviendra jamais.

Tu peux sentir ta chair se déchirer. Ce n'est pas douloureux mais tu te sens davantage en position de faiblesse. Tu grinces des dents lorsqu'il s'agrippe à ton cou et qu'il presse la plaie ouverte qui s'écoule sans s'arrêter. Parle, ou je vais devoir te remodeler ton visage, et crois-moi ça serait dommage parce que t’es plutôt joli comme ça.

« Je ne l'ai pas lu. Je n'connais rien. »

Tu ouvres enfin les yeux, tu les plantes dans les siens et tu le défies – en sachant d'avance que tu allais perdre. Tu lui craches au visage. « Va te faire mettre. »
Tu ne souris pas. C'est assez étrange venant de toi qui cherche toujours à calmer le jeu quand les choses s'enveniment. Peut-être bien qu't'es juste fatigué ou peut-être bien qu't'es assez fou pour espérer qu'il n'ose pas lever la main sur toi, lui.


breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-17, 15:01
Breaking our bones.
Va te faire mettre’, et c’est tout ce qu’il lui faut pour lever le poing.

Allez, Gabe, laisse toi aller, c’est ce qu’ils veulent, que tu pètes les plombs et que tu lui fasses ravaler l’envie d’être un petit con arrogant. C’est ce qu’ils attendent de Gabe, qu’il fasse regretter à Nausicaa de s’être fait enrôler chez les Valkyries, qui travaillent contre le système, après tout.

Quoi que, Gabe sait de source sûre que certains membres du Ragnarök utilisent eux même les services du Valhalla. Gabe sait très bien que tout le système est corrompu de toute façon.

Et c’est pour ça, qu’à cet instant précis, son poing s’écrase contre le dossier de la chaise plutôt que sur le visage de Nausicaa. Les os de son poing craquent sinistrement, et le dossier explose en morceaux de bois, dont quelques échardes viennent s’enfoncer dans la chair tendre de sa main. Un des morceaux de bois vient se planter sans difficulté dans la joue de Nausicaa, alors que celui-ci tombe à la renverse sous le choc du coup violent porté par Gabe.

Gabe fulmine.
Gabe est perdu.

« Tu sais, j’ai aucune idée de ce pourquoi j’ai été obligé de t’emmener ici, et de te faire subir ce que je te fais subir. » Il dit, en tendant sa main devant lui, pour montrer à Nausicaa son poing qui guérissait ; ses jointures craquaient tandis qu’elles se remettaient en place, son sang dégoulinant goutte à goutte sur le torse de son prisonnier. « Ce que je sais, en revanche, c’est que toi et tes petits copains, vous êtes dans l’illégalité, et que moi et mes petits copains… » Il pose son pied sur le barreau de la chaise et appuie dessus pour la faire se redresser, remontant Nausicaa sans aucun effort. Une fois le brun de nouveau en position assise, Gabe fait craquer ses doigts de façon menaçante. « … On est là pour vous chopper et vous empêcher de continuer. Puisque t’es au courant de rien, je suppose que tout ce que j’ai à faire, c’est de trouver un moyen de te faire hurler. » Il dit, en agrippant le menton de Nausicaa pour lui faire pencher la tête en arrière et le forcer à le regarder.
L’écharde dans sa joue lui fait pisser le sang, et sans aucune délicatesse, Gabe la saisie et la retire. « Puisque de toute façon, ça ne rime à rien d’autre, on est d’accord ? Toi et les autres vous serez toujours là, peu importe le nombre de têtes que moi et les miens coupons, trois autres repousseront. Idem de notre côté. On est juste là, à se courir après, pour donner l’impression au reste du monde qu’il y a une justice et qu’il y a des gens pour les protéger. Mais c’est que du flan, tout ça. » Il caresse la joue de Nausicaa de son pouce, étalant son sang sur sa peau pâle. « Toi et moi, on est que des figurants dans cette grande farce. »
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-17, 15:47

crash crash burn, let it all burn
musique – Tu fermes les yeux au moment où son poing se lève. Tu imagines déjà la dureté de ses os s'écrasant sur ta mâchoire et tu serres les dents au plus fort en espérant ne pas en casser une au passage. Mais contre toute attente, c'est la chaise sur laquelle tu reposes qui se retrouve à subir la violence de ton bourreau. Tu la suis dans sa chute, tes bras se font écraser son le bois et tu ne peux pas empêcher un râle de douleur. Il te redresse sans plus attendre et il ne t'en faut pas plus pour constater qu'il est plus fort que toi physiquement – mais qu'en est-il de mentalement ? Le discours qu'il déblatère face à toi te fait baisser la tête – chose qu'il ne te permet pas plus d'une seconde, visiblement appréciant que ton regard se concentre sur lui, sur ses lèvres qui bougent, sur les mots qu'il sort, aussi tranchants que les lames d'un rasoir. Car la réalité est bien lourde : vous n'avez pas d'autres choix que de vous haïr, de vous hurler dessus, de vous traquer, de vous frapper. Car c'est ainsi que c'est écrit, n'est-ce pas ?
Ah, la fatalité.

Tu te dégages de son emprise vivement. Tu n'aimes pas qu'on te touche de la sorte, peu importe les raisons qui le pousse à le faire, cela te suffit à te rappeler ta dernière entrevue avec un Ragnarök. Toi et moi on est que des figurants dans cette grande farce.

« Tu ne t'es jamais dit qu'il ne suffisait que d'un rien pour devenir un personnage principal ? Comme... »

Puis tout à coup, tu lui enfonces quelques chose dans l'abdomen. « ... ceci. » Si tu n'avais pas notifié son pouvoir de guérison, tu ne te serais pas permis un tel geste – tu n'es pas du genre à abuser de la violence gratuite.
Le quelque chose ? L'os de ton index. Ton doigt s'était totalement retourné pendant la chute et tu ne cilles mêmes pas. Tu en avais profité pour couper les cordes avec.
Tu te lèves et te mets face à lui. Tu as les épaules relevées et le menton redressé : ton assurance semble être revenue tout à coup. Tu regardes ta main sanglante : le sien, le tien, tout se mélange.

« Tu pensais que j'étais vraiment humain n'est-ce pas ? Tu souris, doucement. L'os de ton doigt se reforme à vu d'oeil mais la peau, elle, ne se recoud pas aussi facilement. La douleur persiste mais tu passes outre cette dernière. Je ne pense pas que la vie est aussi fatale que ce que tu prétends. Car on a tous... Nos petits secrets, tu vois. »

C'est bien la première fois que tu uses de ton pouvoir, toi qui jusqu'alors ne cessais de clamer d'être humain. Au final, tu as succombé à Soul Project par curiosité à ton tour.

« J'ai mis du temps à comprendre comment ça marchait et je t'avoue que l'idée de me mutiler à chaque fois que je veux utiliser mon pouvoir pour user de mes propres os comme des lames ne m'enchante pas vraiment... Mais si tu continues, ton sourire s'estompe, ton regard se vide, je te tue. »

C'est glacial. Ca n'a pas de cœur.


breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-17, 16:18
Breaking our bones.
Tout devient flou pendant quelques instants. Il n’a aucune idée de comment c’est arrivé, mais Nausicaa est maintenant debout, contre lui, son… doigt enfoncé dans ses entrailles. Gabe fronce les sourcils, et tousse, du sang giclant de sa bouche.

Quelque chose cloche. Gabe ne guérit pas autour de cet os.

Quelque chose d’autre cloche, ce pouvoir-là n’est pas du tout répertorié parmi les valkyries, ni même les odins.

Pas le temps de penser, Gabe.

Il ferme les yeux et agrippe Nausicaa par ses deux bras, avant de se redresser et de le pousser brutalement. Sans la lame aiguisée qu’est l’os de Nausicaa, ses organes se réarrangent, se réparent, et son ventre guérit. Il fixe Nausicaa avec amertume. Ses belles paroles, elles n’ont de sens que pour quelqu’un comme Nausicaa. Gabe est enfermé, il n’a pas le choix, il a déjà une laisse autour du coup, et pas moyen de mordre son propriétaire, puisque son propriétaire, c’est madame La Maire.

« T’es vraiment con. Tu viens de signer ton arrêt de mort, trou duc’. » Il grogne, et se jette sur Nausicaa pour lui assener un, puis deux coups de poings. Le sang gicle, brouillant les pensées de Gabe. Si quelqu’un voit le valkyrie détaché, et en position de force, s’en est fini pour tous les deux. Pourquoi avait-il fallut que le brun se rebelle ?

Ils tombent tous les deux sur la chaise, qui se brise sous leurs poids. Pas loin, il y a le scalpel qui git sur le sol, et Gabe garde un œil dessus, juste au cas où. « Comment crois-tu pouvoir me tuer exactement ? Ne vois-tu pas que malgré tes joujoux dégueulasses, je suis plus fort que toi ? » Il grogne, et il ne sait pas si c’est vrai, ce qu’il dit, mais il a besoin que ce le soit, parce qu’il ne veut pas achever ce gars-là. Gabe n’a jamais tué, il amoche juste.

Il lui assène un dernier coup de poing en plein visage, avant de se pencher vers l’avant, sa paume guérissant lentement tandis que le sang gicle hors des nouvelles plaies qu’il vient d’infliger a Nausicaa. Il fronce les sourcils parce que sa propre main est dans un état effroyable, et il se rend compte qu’en frappant Nausicaa, il a atteint un os.  

FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-31, 19:46

crash crash burn, let it all burn
musique – Plus fort que toi ? Tu n'en doutes certainement pas. Avec ton petit gabarit, tu te places aisément au fin fond de la chaîne alimentaire mais il faut croire que malgré tes légers kilos et tes traits enfantins, tu caches plus d'un secret dans ton sac... Ou plutôt ; sous ta peau. Tu n'fais qu'serrer les dents quand tu sens son poing se fracasser contre ta mâchoire. Tu n'as pas le réflexe de te défendre tout de suite, à vrai dire c'est ce que tout être humain normalement constitué devrait faire mais, ah, tes sœurs n'ont de cesse de te le répéter : ton instinct de survie est franchement limité. Tu tombes à la renverse et demeures les yeux rivés sur lui, le souffle court et crachant le sang qui emplit ta gorge. Quelques mèches viennent strier ton visage tout à coup bien plus sombre et bien moins avenant qu'un peu plus tôt.
Merde.
T'es énervé, ça y est.

Depuis quand tu te soucies d'être en bas de la chaîne, après tout ? Tu n'es pas friand de douleur et de drama, encore moins de situations comme celle-ci où ta vie est en danger mais il faut croire que contre tout attente, le soldat face à toi venait réussir à titiller tes limites – ou peut-être que tu en as juste envie. Ouais, peut-être que t'as juste envie... De tout laisser exploser ?

« Tu ne peux pas me tuer. »

Tu le dis avec une telle assurance que ce serait difficile de ne pas y croire. Tu te lèves et au même moment, un claquement résonne dans la pièce. La seconde d'après, des os traversent ton épiderme, la déchire et en fait couler le sang pour former autour de toi une cage protectrice et morbide. Tu t'approches de lui doucement, l'oeil fou et le sourire carnassier avant de lui murmurer doucement quelques mots.




breaking our bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-04-09, 01:56
Breaking our bones.
Ce qu’il se passe en face de lui manque de le faire vomir. Le son des os qui déchiquètent la chair et la fait exploser, pour s’enrouler autour de Nausicaa comme un bouclier mortel fait remonter de la bile dans la gorge de Gabe. Il a envie de grimacer et de lui cracher à la gueule que c’est dégueulasse, que ça lui donne envie de pleurer et pour être honnête il retournerait bien dans les jupons de son père, parce qu’il sait qu’il va cauchemarder pendant des mois – non, des années – de cette scène que Nausicaa lui présente.
Il s’apprête à venir attraper les cotes tranchantes qui le protègent, juste pour lui prouver que sa force n’a d’égale que sa guérison, et que son pouvoir à lui, il est parfait pour le sien, et surtout pour assouvir ses propres besoin masochistes. Et puis Nausicaa sort son joker.

 
FICHE PAR DITA | EPICODE




F I G H T  
B R E A K
M E
M E
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Breaking our bones. ~ Nausicaa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Breaking Bad
» Breaking Bad
» High School Musical
» Vos personnages préférés
» Les soldes et vous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: PARTY HARD :: LES RPS-
Sauter vers: