//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: PARTY HARD :: LES RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

M E E T I N G Δ CHEFS

avatar
Invité
Invité
2016-02-27, 19:22
Help me make the most of freedom And of pleasure Nothing ever lasts forever Everybody wants to rule the world
MEETING • "20H, je vous invite sur le toit du bâtiment délabré à l'angle de la treizième rue. Le chef de l'Est." C'est avec son ordinateur portable que l'homme affalé sur le toit écrit ce message ; qu'il vous destine, qu'il vous invite pour une réunion peu ordinaire. L'aurait-il fait normalement ? Certainement pas, mais des mesures devaient maintenant être prises, plus de retour en arrière possible.

Il rabat l'écran et s'allume une cigarette ; de sa nouvelle hauteur, il surplombe le monde. Quatre mois, seulement quatre mois qu'Alekseï était chef. Il avait disparu pendant environ deux mois, sans laisser aucune trace et voilà ce qu'il s'était passé durant son absence.. Equilibrium avait pris un tournant qu'il n'avait pas vu venir, aucun moyen de le prédire. Son regard habituellement froid et blasé arborait désormais une expression de haine à l'égard de ce système malade et de ce gouvernement des plus exécrables. Des incendies auxquels il n'avait pas assisté, mais dont on l'avait informé ; la raison principale pour laquelle Alekseï était ressorti de l'ombre, pas question de rester terrer quand on menace les siens... C'est dans un craquement d'épaule que sa silhouette disparue du toit afin de faire un tour dans le building afin de constater les dégâts. Ce bâtiment avait été touché, c'est ici que l'Est établissait quelques-uns de ces "comptes". L'argent était parti, envolé en fumer comme un rêve éveillé. D'après Nicotine, son gang était en pleine réunion, après celle-ci, il irait y faire un tour.

Les vitres sont explosées, les bureaux complètement saccagés. On ne dirait pas que cet endroit est délabré depuis quelques semaines, mais plutôt depuis des mois. Les nerfs grimpent, il ne sait pas quoi faire face à une telle situation... C'est peut-être pour ça qu'il avait invité les autres chefs de gang à le rejoindre, pour en discuter. Non pas pour proposer une alliance, il était presque quasiment certain que ce n'était pas envisageable, mais des dispositions devait évidemment être prise face à ce désastre. S'ils ne faisaient rien, les gangs allaient tout simplement disparaître et au fond de lui, Alekseï savait que ce n'était pas une solution envisageable. Sa carcasse encore amoindris par ces deux mois cloîtré dans une chambre et prostré dans un lit galère à atteindre de nouveau le toit. Les bandages frottent, tout le démange, tout lui donne envie d'exploser. C'est en s'asseyant parterre, le vent froid se collant à son visage que l'Irlandais attend, il attend patiemment. Viendront-ils ? Peut-être que oui, peut-être que non, mais au fond de lui, il espérait. Après tout, ils étaient tous concernés, une seule solution, éradiquer le mal à la racine.

C'est l'heure. Son portable sonne, son regard azuré fixe la porte en acier trempé. Trente minutes à partir de maintenant.

Patience ne fait pas partie du vocabulaire de l'Irlandais, mais voilà, il ferait un effort, une exception. Ils avaient trente minutes pour pointer le bout de leur nez ; passé ce délai, il ferait les choses à sa manière.



ft. chefs • color #282828 • hrp it's been a long time ♥ j'espère que ça t'iras love
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-27, 21:24
Si son logement en avait pris un coup au moins le quartier général du gang n’avait rien. Et puis de toute manière à part un endroit ou dormir Hysteria n’avait rien perdu. Louer une chambre serait complètement desuet. Elle qui avait connu l’armée, dormir dans son bureau avec juste un sac de couchage était un luxe. Après tout son corps avait dû se reposer dans des conditions bien pire que celle-ci. Néanmoins ce n’est pas parce que son lieu de travail était devenu temporairement son lieu de couchage que la Chef du Gang Ouest continuait à travailler. Il lui restait plusieurs heures avant de mériter les quelques unes qui lui permettrait de retrouver de l’énergie.
Sans compter que dernièrement, tout comme une partie de ses soldats la jeune femme était occupée à chercher l’auteur de ces incendies. Quoique l’auteur l’intéresse peu quant à la question de savoir si les feus déclencher avaient un but précis. Mettre en garde les gangs ? Les déstabiliser ? Parce qu’aux dernières nouvelles aucun quartier général d’un quelconque gang n’avait été touché. Donc les incendies n’avaient pas ça pour buts.
Un bon moment plus tard, une notification lui indiqua que sa boîte mail avait un nouveau message :


"20H, je vous invite sur le toit du bâtiment délabré à l'angle de la treizième rue. Le chef de l'Est."


…..
C’était une plaisanterie ? Un mail ? Sans compter que sa formulation tournait plus à l’ordre qu’à une vrai demande. Et si il y a bien une chose qu’Hysteria n’aimait pas c’était qu’un pâle comme lui pense pouvoir lui donner des ordres.
Cependant cela restait une invitation et il y aurait surement tout les Boss. C’est pourquoi la jeune femme enfila une tenue adéquate tout en réfléchissant à cette « invitation ».


* Un mail ? Ce pâle Boss depuis quatre mois, a l’absurdité de nous contacter par mail. Si il veut permettre de se faire repérer facilement et piéger les autres ainsi aucun problème. Mais me contacter moi ainsi..*


Ma tenu enfiler, pantalon bleu sombre, de même pour la chemise et la veste qui complètera la tenu, je retournais à mon ordinateur vérifier le signal de l’envoie et paramétré les risques alentour. Si il y avait d’autre signal suspect autour que l’on pouvait détecter. Si il y avait des brouilleur ou un quelconque signe que ce ne soit pas un réel message de l’Inintelligent de l’Est. Son ordinateur n’ayant pas bloqué de virus lors de la réception ou de l’ouverture du message ne voulait pas garantir qu’il n’y avait rien de plus qu’une simple carte de rendez-vous. Pourtant c’était le cas.


* Ce sot va m’entendre. *


Visualisant le plan du site sur son ordinateur, Hysteria parti pour repérer les lieux. Arrivé sur les lieux elle le scanna. Un immeuble en reconstruction suite à l’incendie qui a pris non loin d’ici en vu du reste du quartier. Ca n’avait pas l’air d’être la construction d’un nouveau complexe. Après avoir fini sa petite vision analytique la jeune femme connaissait tout les coins potentiellement dangereux et ou pourrait être planquer un ennemi. Juste avant elle avait passé une partie de son temps d’être arrivé en avance pour aller scanner les immeuble alentour pour s’assurer qu’aucun coup bas n’était en préparation. Et aussi que l’endroit était « sécurisé ».
C’est pourquoi à 20h tapante Hysteria pénétra sur le toit et se dirigea jusqu’à l’Imbécile.


« - Tu es ramolli du cerveau ? »


Je me tenais droite, toujours sur mes gardes le regardant droit dans les yeux qui rendait bien les sentiments que j’exprimais à son égard: blasé et blasé-énervé ? Pour les principaux.


« Ton mail n’était aucunement une invitation à prendre comme telle tu devrais revoir tes formulations. Et la forme de tes invitations aussi. Un mail ? Et je ne parle pas du lieu. Faire venir des personnes hauts gradés à un endroit dégagé. Personnalités recherchés par les autorités se retrouvant sur le lieu d’un ancien crime dont en plus ici c’est toi qui ‘est suspecter’.. Diantre ! Comme si un Chef de Gang bordélique au Nord ne suffisait pas, il fallait que l’Est soit dirigé par un Idiot. »


Je secouais ma tête fermant les yeux une seconde avant d’enchainer en lui lançant un regard mauvais :


« Dis-moi que c’est le sale état dans lequel tu te trouves qui est à l’origine de ça. »


Et cette demande d’Hysteria était surtout un ordre. Parce qu’en plus d’Hannibal elle ne désirait surement se trimballer cet incompétent en cas d’alliance !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-27, 23:51

Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple.
musiqueOn est les enfants oubliés de l’histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place ; on n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression, c’est nos vies.

La nuit s'est effondrée sur Equilibrium.
20H, je vous invite sur le toit du bâtiment délabré à l'angle de la treizième rue. Le chef de l'Est.
Ton sourire ne t'a pas quitté. Tu n'es pourtant pas d'un naturel enjoué lorsqu'il s'agit des affaires mais tu as besoin de te défouler. Les événements qui ont précédé étaient bien trop forts en émotion pour que tu puisses contenir ta rage plus longtemps.

Tu dévores de tes grandes jambes chaque marche de l'immeuble, les mains fourrées dans ton treillis. Il ne te faut que quelques minutes pour en atteindre le sommet, toujours avec cet air désabusé, nonchalant, emmerdé, ton regard à moitié endormi. Tu ranges tes dog tag sous ton t-shirt, le métal claque contre ton torse. C'est glacial. Ou peut-être est-ce toi qui brûle.
De dos, tu reconnais les longs cheveux d'Hysteria – qui porte toujours aussi bien son surnom. Elle se permet toujours de te gueuler dessus, même quand tu n'es pas là. Comme si un Chef de Gang bordélique au Nord ne suffisait pas, il fallait que l’Est soit dirigé par un Idiot.
Tu te fourres le petit doigt dans l'oreille et avances doucement jusqu'à elle, lançant d'un air alangui :

« Et tu la fermes ta grande gueule des fois ? »

Lorsque tu dépasses Hysteria de l'Ouest, tu aperçois votre hôte... Alekseï. Tu écarquilles les yeux et étouffes un hoquet dans le fond de ta gorge. Lui, chef... ? Tu n'en reviens pas. Ton expression jusqu'alors à mi chemin entre l'excitation et paradoxalement à l'apathie s'est tout à coup transformée pour devenir nettement plus boudeuse. Merde. Si Alekseï est passé chef... Ca veut dire beaucoup de choses. La dernière fois que tu l'avais vu, c'était il y a bien quatre mois et il ne s'était élevé qu'au rang de bras droit à l'époque. Qu'est-il arrivé à l'ancien chef ? Tu as un tas de questions qui te trottent dans le crâne – bien plus qu'avant que tu ne pénètres le bâtiment.
L'odeur de poussière te chatouille le nez. Tu restes fixer tes deux rivaux avec attention, leurs visages striés par les lumières de la ville au loin, toujours aussi vivante, toujours debout. Mais pour combien de temps ?

Il manque la représentante du Sud, Carter. Tu supposes que la conversation ne commencera pas avant que celle-ci ne débarque.
Tu croises les bras, pas franchement entrain à l'idée de devoir discourir avec cette malade d'Hysteria et ce.... ce... Alekseï. Tu rages, tu bouillonnes. Il avait les capacités, comme tu le pensais. Quel con tu as pu être, Hannibal.
Désormais, il est officiellement ton ennemi, à l'image des autres dirigeants.


meeting




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-01, 15:12

 
 
  MEETING.
  © Never-Utopia

S

on lieu de travail n'était plus associé à paix et tranquillité. Les commissions, qu'elles retiraient de ses divers méfaits aux yeux de la loi, servaient à loger certains membres de son gang, victimes des pyromanes. Les autres, qui avaient trop la gueule de l'emploi, étaient restés auprès d'elle, au QG. Des matelas et sacs de couchage jonchaient le sol et envahissaient son espace. Plus aucun soin n'était apporté à l'ordre et à la propreté. Carter en était malade. Oui, si elle retrouvait les saloperies qui avaient transformés son petit monde ordonné en porcherie, elle leur ferait la peau. Les membres de son gang avaient la rage. Une rage qu'il cachait dans la boisson. Une rage qui les empêchait d'être pleinement efficace sur le terrain. Un rire au loin la déconcerta. Elle ne pourra pas tenir bien longtemps. Ils dormiraient dehors. Elle n'était pas leur mère après tout. La sonnerie de son portable retentit. Une invitation par le nouveau chef du gang de l'est. À celle-là, elle ne s'y attendait pas.

Elle n'avait pas cherché midi quatorze heure et s'était présentée à l'heure indiquée, à l'endroit convenu. Les membres étaient tous présents mais personne ne semblait avoir perçu sa présence. Après tout, elle n'avait pas cherché à faire acte de présence, absorbée par les discussions animées qu'elle avait en face d'elle. Comme si un Chef de Gang bordélique au Nord ne suffisait pas, il fallait que l’Est soit dirigé par un Idiot. Elle sourit; ça lui faisait toujours plaisir d'entendre une saloperie contre Hannibal. Et bien évidemment la réponse succéda à la réplique précédente. Et tu la fermes ta grande gueule des fois ? .

« Nous sommes tous présents Chef de l'Est. Nous t'écoutons. »


Dit-elle en s'approchant du groupe. Un sourire espiègle se dessina sur sa bouche.

« Bonsoir Hannibal. Ça faisait longtemps. »

Elle devait bien l'avouer... Trainer en pleine nuit sur le toit d'un immeuble vétuste, elle n'en raffolait pas. Qui plus est vêtue d'une simple jupe et d'un pull dans lequel - heureusement - elle pouvait s’emmitoufler. Comme à son habitude, elle dégageait une fragrance vanillée. Seule odeur capable de la calmer lorsqu'elle se trouvait en état de nerf. Bref. Pourquoi se priver de le picoter ? Elle était d'humeur détestable après tout.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-01, 17:19
Help me make the most of freedom And of pleasure Nothing ever lasts forever Everybody wants to rule the world
ANGER • Vous savez, il y a toujours quelque chose qui chie dans le processus. Toujours un truc qui perturbe l'équation habillement établi ; bien poser sur le papier de vos pensées. Une pièce qui se place n'importe où sur l'échiquier et qui nique tout les bons procédés. Par une parole, les plans d'Alekseï viennent d'être changé et il déteste cette idée.

"Tu es ramolli du cerveau ?" Vous voyez ? Il y a toujours quelqu'un pour avoir une réaction disproportionnée et pour faire chier le monde. Si vous ne voyez pas qui fait office de chieuse ici, retourner en arrière, vous avez dû manquer un épisode. Main posé sur la nuque, le chef de l'Est soupir de dépit, il savait très bien à quoi il devait s'attendre avec cette Hystérique. Regard menaçant, il ne quitte pas la silhouette qui prend place devant lui. "Ton mail n’était aucunement une invitation à prendre comme telle tu devrais revoir tes formulations. Et la forme de tes invitations aussi. Un mail ? Et je ne parle pas du lieu. Faire venir des personnes hautes gradés à un endroit dégagé. Personnalités recherchés par les autorités, se retrouvant sur le lieu d’un ancien crime dont en plus ici c’est toi qui ‘est suspecter’.. Diantre ! Comme si un Chef de Gang bordélique au Nord ne suffisait pas, il fallait que l’Est soit dirigé par un Idiot."

« Mais tu veux pas la fermer sa gueule... » Ce fut ce qu'Alekseï désira ardemment lâcher ; mais son instinct lui disait clairement de ne pas encore plus attiser le feu qui brûlait chez cette nana. Après tout, il n'avait pas réuni les chefs ici pour foutre la merde et encore moins pour se foutre sur la gueule. Coiffure qui lui tombe devant les yeux qu'il balance en arrière d'un coup de main avant de daigner se relever, l'Irlandais entend alors une voix, une nouvelle voix. "Et tu la fermes ta grande gueule des fois ?" Hannibal. Il pouvait le reconnaître entre mille et voilà que son sourire apparaît lorsque que leur regard se croise. Surpris ? Il l'était certainement, ça pouvait se lire dans ses iris ; même s'il croyait pouvoir le lui cacher. Le regard de l'Irlandais tombe de nouveau sur le sol, c'était maintenant officiel. Ce verre qu'ils avaient échangé n'était plus qu'un lointain souvenir ; un ennemi, c'est ainsi qu'Alekseï devait le considérer maintenant. Une salutation s'imposa malgré tout dans un silence nouvellement pesant, mais l'arrivée de Carter brise l'absence de sonorité.

Effectivement. Nous sommes tous là. Qu'il lâche avec sa voix à moitié cassé, jetant son mégot de clope avant d'en rallumer une. Il cherchait ses mots... Par où commencer... ? L'autre cinglée l'avait carrément mis hors de lui intérieurement et voilà le résultat. Déjà, mettons les choses au clair... De sa hauteur, il vient se placer devant le chef de l'Ouest, la toisant un minimum, le regard neutre. Je me fous de tes états d'âme, je me fous bien de ce que tu penses de moi ou des autres chefs ici présents. Si t'as un tant soit peu d'estime pour cette ville ou ton gang, joue le chef modèle et ferme là. Donc coucouche panier, papattes en rond. Le respect était décidément mort ce soir. Nouveau soupir, bien long, bien las. Ce n'était pas ainsi que les choses devaient se passer.

Sa silhouette s'avance vers le rebord du toit, combien d'étages le séparent du sol ? Il n'en a aucune foutus idée. Seul l'horizon lui importe. Les brasiers qui incendiaient la ville n'étaient pas vraiment visible de cette hauteur, mais ils avaient bel et bien eu lieu et ce n'était pas un fait qu'il pouvait ignorer, qu'aucun d'eux ici présent ne pouvait ignorer. Dos au vide, Alekseï lâcha après avoir pris une nouvelle bouffée de nicotine.

Croyez-le ou non, je n'vous ai pas rassemblés ici pour qu'on se tire dans les pattes. Donc si certains ont envie de se quereller comme des gamins dans une cour de récré, vous pouvez rentrer chez vous. Il soulève son tee-shirt, dévoilant les bandages qui ornaient son corps, histoire de marquer le coup, histoire d'imager ses paroles suivantes. J'ai passé le stade de vouloir jouer au con. Alors merci d'respecter cette entrevue un minimum, vous s'rez sympas.

Nouveau soupir, il relâche son étreinte sur le pan de son tee-shirt à manche longue avant de reporter son attention sur le parterre de building qui s'offrait à lui. Son quartier, sa responsabilité. Advienne que pourra, les choses étaient dites. Il attendait bien que ce soit imprimer dans la tête de tout le monde avant de poursuivre.

Cet endroit me paraissait propice à une entrevue avec vous. Je ne pouvais pas risquer la sécurité de mon QG ; ce building cramé par cette série d'événements en revanche... Pique envoyez directement à l'égard d'Hystéria. Il avait bien pesé le pour et le contre en choisissant cet endroit, il était loin d'être con comme un placard. Je ne pouvais pas risquer la sécurité de mes membres qui sont tous à un rassemblement pour constater les dégâts, tout simplement. Ses membres, son gang, sa responsabilité. Grimace de douleur, plaie qui le lance, il ne fallait pas qu'il commence à chercher la merde, calmer le jeu. Bref, j'ai pas à me justifier, je crois. Il faut qu'on parle de ce qui s'est passé ; parce que c'est notre survie qui en dépend. Celle des gangs.

Il ne pense pas avoir besoin de rajouter quelque chose, le principal était là. Faire quelque chose pour eux, pour leur survie, pour leurs membres, pour cette ville.



ft. chefs • color #282828 • hrp le respect est mort ♥ l'entrevue qui va prendre deux plombes
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-03, 23:41
"Je me fous de tes états d'âme, je me fous bien de ce que tu penses de moi ou des autres chefs ici présents. Si t'as un tant soit peu d'estime pour cette ville ou ton gang, joue le chef modèle et ferme là. Donc coucouche panier, papattes en rond."


De quoi parlait-il ? Des états d’âme ? Les âmes n’existe pas. Cet enfant doit définitivement vivre dans un monde de contes de fées. Et si il se moque de ce que Hysteria pense alors pourquoi lui fait-il ce que semble être « la morale » ? De l’estime pour cette ville ? N’étaient pas t-ils tous contre cette ville utopique dirigé par un programme informatique ? De nouveau il se contredit. Comment peut-on penser quelque chose et se contredire ainsi dans ses paroles ? Et oui elle a de l’estime pour son gang sinon elle ne serait pas là. Et jouer les chefs modèle ? Il ne faut pas feindre un rôle que l’on ne maîtrise pas. Et puis pourquoi jouer ? Ils n’étaient pas là pour jouer.
Cette personne était définitivement encore un enfant. Parler de contes de fées et vouloir jouer le faisait indéniablement passer pour un enfant. Et c’est quoi cette réplique de « coucouche panier, papattes en rond. » ? C’est avec ça qu’il comptais l’intimider. Non mais quel gosse.

Et en plus cet Idiot ce contredisait à nouveau en disant ne pas vouloir jouer au con. Faut savoir il a envie de jouer ou non ? Et puis des blessure de guerre tout le monde peut en avoir, cela n’impressionna pas la Leader Ouest. Et puis si il veut qu’on respecte quelque chose qu’il commence par le faire lui-même. D’ailleurs en dérivant sur le respect.

Hysteria commença à retirer sa veste tout en écoutant le Jeunot, ne relevant même pas ce qui était sans doute une pique. Ce genre de chose lui passait au dessus. Son cerveau ne relevait même pas ce genre de chose inutile. Sa veste à la main elle alla la poser sur les épaules de la Chef du Sud. On pouvait voir qu’elle avait froid et sa tenu n’était pas approprié au lieu.

Et puis ses oreilles sifflèrent quand l’Imbécile leur indiqua carrément que son gang entier était réunis quelque part pas loin sans doute. Pourquoi ne pas donner les données GPS exacte temps qu’il y était ? Que ce soit à un gang adverse même le temps d’une trêve ou à n’importe qui, on ne dit pas ce genre d’information. Il n’a vraiment pas deux sous de jugeote !


« Désolé Somerset, mais non je ne peux pas fermer ma grande gueule quand j’entend pareil propos venir vraisemblablement de la bouche d’un enfant. »


Il est impolie de ne pas répondre à une personne qui vous adressez la parole, c’est pourquoi je me devais de répondre au Chef Nord en premier.



« Tu me parles d’âme, de jeux, tu ne cesses de te contredire et tu donnes presque la localisation des membres de ton gang. Depuis le début tu n’accumules que de mauvais point et cela m’inquiète pour l’avenir de ton gang. Du tiens mais aussi de la répercution de ce que cela donnerait sur les autres par la suite. »



Je regardais le nouveau Chef de l’Est dans les yeux. Oui dans les yeux parce que parler dos à quelqu’un c’est signer son arrêt de mort, mais ça aussi il ne le savait pas. Passons, erreur de débutant.


« Je vais en rester là car ce qui nous amène tous ici n’est pas de critiquer tes erreurs de débutant. »


Je fais un tour de ronde des yeux, voit que Carter a moins froid, remarque que Somerset est a l’image de son gang avant de reposer mes yeux sur le Débutant. Je les voyais tous et me décidais à exposer mon point de vu.


« Je ne pense pas que les incendies aient été déclenché dans le but de nous atteindre. Comprenez mon point de vu. Parmi vos membres tous n’ont surement pas perdu leur foyer. Hors cela aurait été le cas si ils nous visaient. Mieux ils auraient cherchés à détruire nos quartier généraux. Tous sont encore là si je ne me trompe. La question est plutôt à quoi étaient destinés ces incendies ? »


Toujours sur ses gardes dans une pause qui ne le laissait pas paraître. Hysteria regarda tout le monde pour voir leur réaction à ses suppositions avant de s’arrêté sur Somerset. Ah n’en pas douter il allait lui répondre en premier. Il adorait chercher Hysteria et il faut dire que cette dernière le lui rendait sans soucis, car cela la divertissait et lui détendait le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-06, 17:56

Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple.
musique – Les invités sont au complet. Ton regard se perd un court instant sur Carter qui n'hésite pas à faire remarquer sa présence auprès de toi. Tu tiques un instant et parviens à – étrangement – calmer les rougeurs sur ton visage qui commençaient tout juste à pointer le bout de leur nez. Tu n'es pas habitué à croiser la chef du Sud et quand bien même ce serait le cas, tu ignorerais toujours pourquoi tu réagis comme une adolescente dès qu'elle est dans les parages. Franchement... Tu croises les bras, à peine attentif à la discussion des deux autres chefs qui ne cessent de s'envenimer – il faut dire qu'avec Hysteria dans les parages, il est difficile d'imaginer un instant comment cela pourrait tourner autrement. De son côté, Alekseï tente de calmer le jeu mais il s'y prend mal étant donné qu'il prend la peine de lui répondre en lui étalant des détails de A à Z. Quel idiot franchement, si y a bien quelque chose sur lequel tu rejoignais la sorcière de l'Ouest, c'est sur les erreurs de débutant de Von Jaëger. Comment a-t-il pu finir chef aussi rapidement ? Tu n'en as même pas eu vent jusqu'à maintenant. Bordel, les informations à Equilibrium courent aussi vite que la lumière sauf quand cela pourrait t'intéresser.

C'est la première fois depuis bien longtemps que tu ne t'es pas retrouvé avec tes trois rivaux. Les réunions se font rares et pour cause : vous ne cherchez pas à déclencher des bataille malgré la guerre pour le trône de Daftland – ou tout du moins, c'est ce que tu te permets de songer. Vous êtes bien loin de l'image des gangsters d'il y a mille ans, on dirait presque que vous n'êtes pas enchanter à l'idée de diriger tout un monde.
En vient alors le sujet des incendies. Ton attention semble germer à nouveau puisque tu es directement concerné : on en parle partout aux infos et certains de tes membres ont été atteint. Néanmoins les déductions d'Hysteria ne tiennent pas la route, chose que tu te fais une joie de notifier :

« On se branle pas tous avec des liasses de billet, surtout au Nord, donc chez moi la plupart n'ont pas d'habitat fixe ce qui explique pourquoi tout le monde n'a pas été touché. Et tout a été fait en une nuit, alors... Tu soupires un moment. Je prends plutôt ça comme un avertissement, je doute que ça se termine ici. »

Tu prends un air un peu plus menaçant, toisant chacun d'eux avec l'oeil aguerri.

« En attendant... Je me demande surtout qui plutôt que pourquoi. Je n'vous fait pas confiance. J'm'en fous d'vos discours de bonté pour sauver la peau d'vos gangs, on reste ennemis. Tes yeux se plantent sur Alekseï un peu plus lourdement avant de reprendre : Mais peut-être que le véritable ennemi, celui qui est derrière tout ces actes de vandalisme, est ici. »

Un long frisson te parcourt l'échine. L'idée te trotte dans la tête depuis un moment mais tu ne vois que cette explication logique : éliminer les gangs un à un ou les affaiblir dans le but de s'approcher plus facilement du cœur d'Equilibrium.
Les dés sont lancés.


meeting




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
2016-03-08, 15:36
Carter a écrit:

 
 
  MEETING.
  © Never-Utopia

C

arter pensait les niaiseries terminées. Elles ne faisaient juste que commencer. « Désolé Somerset, mais non je ne peux pas fermer ma grande gueule quand j’entends pareil propos venir vraisemblablement de la bouche d’un enfant. ». Les chefs du Nord et de l'Ouest ne l'appréciaient pas. Pour sa part, elle ne le connaissait pas. Il était où l'autre ? Arf, elle n'arrivait plus à le situer... Quand bien même, elle aurait été plus tranquillisée par ce dernier. Le petit nouveau n'avait pas la cote et l'agressivité verbale (ou silencieuse) des deux autres n'engageait rien de bon sur les discussions à venir. « Croyez-le ou non, je n'vous ai pas rassemblés ici pour qu'on se tire dans les pattes. Donc si certains ont envie de se quereller comme des gamins dans une cour de récré, vous pouvez rentrer chez vous ». La remarque la fit sourire. C'était l'hôpital qui se foutait de la charité. La soirée allait être longue...

La chef de gang crut bon de la réchauffer en déposant délicatement sa veste sur ses épaules. Elle ne dit rien. Pas que la politesse l'étouffait. Mais bon sang. Elle était où la virilité dans tout cela ? Entre les guignols qui se chamaillaient comme des gamins et la revanche de mère Thérésa, on était où là ? . Elle siffla. Elle n'était pas satisfaite. Une fois les justifications quant aux lieux, à l'heure et tutti quanti terminées, le sujet principal fut enfin abordé. Amen. Vint tout d'abord l'hypothèse du gang Ouest. « Je ne pense pas que les incendies aient été déclenché dans le but de nous atteindre. Comprenez mon point de vu. Parmi vos membres tous n’ont surement pas perdu leur foyer. Hors cela aurait été le cas si ils nous visaient. Mieux ils auraient cherchés à détruire nos quartier généraux. Tous sont encore là si je ne me trompe. La question est plutôt à quoi étaient destinés ces incendies ? ». Elle n'était pas convaincue par cette explication. Le but de ce ou ces pyromanes étaient clairement d'ébranler les gangs. Bien que tous n'aient pas été atteints, dont elle-même au passage, il était clairement question d'une riposte ou tout simplement d'une vengeance. Et elle était certaine que ce n'était que l'introduction à d'autres coups bas. Quand à la question, pour sa part, elle avait déjà sa réponse. «Je prends plutôt ça comme un avertissement, je doute que ça se termine ici. »

Elle resta silencieuse. Elle était d'accord. Et ça ne lui plaisait pas. C'était un prélude. Le feu de joie de cette fameuse nuit était juste un prélude. Elle frissonna. Elle n'était pas gratifiée de toutes les qualités, elle en avait conscience. Mais elle ne se voilait pas la face. Son gang avait été fragilisé. Elle ne l'avouerait pas aux autres. Ce serait se mettre en péril. Mais quant était-il pour eux ? Comment chacun avait pu gérer la situation ? Comment les membres des divers gangs avaient réagis à la destruction de leur foyer, de leur abri ? Le meneur de ce plan avait été efficace, ingénieux et n'avait laissé aucun indice sur les lieux, du moins elle n'avait rien trouvé.

« En attendant... Je me demande surtout qui plutôt que pourquoi. Je n'vous fait pas confiance. J'm'en fous d'vos discours de bonté pour sauver la peau d'vos gangs, on reste ennemis. Mais peut-être que le véritable ennemi, celui qui est derrière tout ces actes de vandalisme, est ici. »
« Hannibal. Ça suffit.» Son ton était sec. Oui, elle imposait son silence. Pauvre fou, avait-il au moins une preuve de ce qu'il alléguait ? « Ta logique je la comprends. Qui n'a pas réfléchi à cette éventualité ? Éventualité qui tend curieusement à se confirmer. Pour détruire mes ennemis je serai capable de prendre sur moi quelques sacrifices. Je l'avoue volontiers. Le Gang de l'ouest semble nous diriger sur une piste absurde et je ne parle pas du petit nouveau en face de nous. Mais cette logique va mener à un choix qui se répercuta dans l'avenir. Ces pyromanes attendent certainement quelque chose de nous. Il ne faut pas se louper. Si l'ennemi est parmi nous, nous rassembler et partager certains de nos secrets nous serait fatal. Au contraire, crier au loup, choisir de nous éloigner les uns des autres par méfiance pourrait nous conduire à notre perte. Si tu as des preuves, vas-y.» Elle le considéra attentivement. « Mais peut-on s'assurer que ces dernières soient véridiques. Tu comprends que tu n'échappes pas à ma méfiance. Il est hors de question que j'entame une guérilla contre un gang si je ne suis pas certaine des faits. Je serai offusquée d'être manipulée, plus encore d'être trahie. » Elle sourit. « Je te vois particulièrement bien me rompre le cou par derrière, vois-tu ?.»

Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
M E E T I N G Δ CHEFS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Debat des chefs
» les Chefs de Corps du 1° RCP de sa création à nos jours
» Les chefs d'États peuvent-ils boycotter les JO ?
» noms des chefs de corps 2 eme REI
» PASSATION DE COMMANDEMENT CHEFS DE CORPS 2 REP 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: PARTY HARD :: LES RPS-
Sauter vers: