//RP DU MOMENT*
Titrejoueur & joueur
Resume } Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat.

//LES RP LIBRES*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo
//DEMANDES DE RP*www.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudowww.titre//Par pseudo



 

 :: PARTY HARD :: LES RPS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

being alive | Hannibal & Zephyr

avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-09, 22:14

Il avait reçu ce coup de fil étrange, inattendu. Non, il ne s'attendait pas à ce qu'Hannibal l'appelle comme ça, sans prévenir. Et encore moins à ce qu'il lui demande d'aller chez lui pour bruler sa maison. Ce n'était pas comme ça qu'il avait prévu de passer sa journée, mais le ton d'Hannibal, sa manière de parler, ses propos lui avaient fait comprendre que c'était la seule chose à faire. Il avait obéit. Il était allé chez son chef, directement à la cave après avoir vérifié qu'aucun chat ne trainait encore dans les environs et il avait tout arrosé d'essence, pour bien faire, il avait même ouvert le gaz dans la cuisine. Et puis il avait foutu le feu. La manière dont le tout s'était embrasé était presque poétique, artistique, mais il ne s'était pas attardé dans la maison en flammes, il avait juste profité du feu pour allumer une cigarette. A ce moment là Zephyr avait juste envie d'en apprendre plus sur cette histoire de Mafia. Il ne se méfiait pas, il ne fit pas attention à la voiture garée non loin tandis qu'il s'éloignait. Il ne le remarqua que quand  il vit un homme en sortir et pointer une arme vers lui. C'est dont ça ce dont Hannibal voulait dire par "fais attention à toi."
Heureusement pour lui l'explosion due au gaz fut une distraction suffisante pour qu'il puisse s'approcher assez pour endormir l'homme qui le pointait de son arme. Mais cela ne plut manifestement pas à l'autre occupant de la voiture qui lui tira dessus au loin. Trop loin pour qu'il puisse utiliser ses pouvoirs. Et la douleur, après quelques bangs, fut fulgurante, une balle se logea dans sa cuisse lui arrachant un cri, tandis qu'il allait se mettre à l'abri. Heureusement pour lui il avait pensé à prendre le flingue de celui qui faisait une bonne petite sieste. Son cœur battait à cent à l'heure. Le voilà revenu aux moments où il faisait la guerre, une guerre perdue d'avance, contre ces fichus robots. Sauf que les humains étaient bien plus faciles à abattre. Il calma sa douleur à l'aide de son pouvoir avant  d'attendre, assez pour entendre le claquement de la portière de la voiture. Et il sorti de sa cachette et vida tout le contenu du chargeur vers l'homme qui s'écroula finalement sur le sol. Zephyr boitilla vers lui et lui prit son arme avant de se diriger difficilement vers celui qui dormait toujours. Et de lui tirer une balle dans la tête. Il l'avait abattu comme un chien, mais il n'avait aucun regret. Il fourra les deux pistolets dans les poches intérieures de sa veste et s'éloigna aussi rapidement qu'il le pouvait avant que les pompiers, ou les autorités, ou les deux n'arrivent sur place.

Il avait décidé qu'il valait mieux ne pas aller au QG directement, il n'avait pas fait brûler la maison d'Hannibal pour rien après tout. Ainsi il avait toqué à n'importe quelle porte et fait comme d'habitude; endormi le proprio et s'était installé. Il n'y avait rien de bien folichon dans l'armoire à pharmacie, et rien pour s'enlever la balle. Il allait devoir y aller au couteau de cuisine. La médecine version guérilla il l'avait déjà pratiquée, mais sur lui, c'était une première, et malgré ses pouvoirs, il n'était pas certain de réussir à le faire sans tourner de l'oeil à cause de la douleur. Il n'osait pas trop doser sa sédation de peur de s'endormir, aussi prit-t-il un torchon qu'il se mit dans la bouche. Ce fut une précaution utile étant donné le nombre de jurons étouffés qu'il hurla pendant qu'il s'opérait lui-même. Et encore plus quand il dut désinfecter la plaie à l'aide de l'alcool à 90° qu'il avait trouvé. Il s'endormit immédiatement après avoir fait le bandage, histoire de se reposer correctement. Le lendemain il observa sa blessure. Les points de sutures faits avec du fil et une aiguille à coudre n'étaient pas les plus beaux qu'il ait fait, mais au moins la blessure avait l'air aussi saine que possible. Il nettoya le sang qu'il avait mit partout puis sortit discrètement. Mais le fait qu'il soit encore en vie voulait sans doute dire qu'il n'avait pas été suivi. Tout en vérifiant que cela reste le cas, il rentra au QG après avoir volé la canne du petit vieux chez qui il avait squatté.

Une fois là-bas il s'écroula sur un fauteuil, dans l'endroit servant de bureau à Hannibal, posant sa jambe blessée sur une boite qui se trouvait non loin. La douleur était irradiante, mais à y repenser, il avait vécu pire. Il somnola jusqu'à qu'un bruit de porte le réveille. Hannibal. Il lui offrit ce sourire qui était si habituel à sa personne avant de le saluer
« Ah chef, vous voilà. Il ne reste plus rien, j'suis passé devant ce matin pour vérifier.  » Ce petit détour avait été risqué mais il devait savoir si il avait bien fait son boulot. Il ne s'était pas montré, il avait juste vérifié. « J'ai ramené un petit souvenir  » dit-il en pointant successivement sa jambe, au pantalon taché de sang qui ne laissait aucun doute sur ce qu'il c'était passé puis la canne « J'ai ça aussi, pris sur leurs corps» il sortit de sa poche les deux pistolets et les lança sur la table. Il fut un temps où Hannibal ne pensait pas Zephyr capable de se défendre et ce dernier lui avait assuré le contraire. Voilà la preuve de ce qu'il avançait. Bon, la balle dans la jambe était un petit détail, mais en attendant, lui était en vie, et pas ses deux agresseurs. Pas certain que cela arrange leur relation avec la mafia cela dit. « C'est quoi ce borde....oh.  » Il avait enfin remarqué l'état d'Hannibal, la chemise en sang, la gueule bien amochée, et la main dans un état qui avait l'air encore pire. « Rude journée non ?  » lâcha-t-il avec un petit rire ironique avant de se redresser dans le fauteuil et retenir difficilement une grimace de douleur. «  Faites voir votre main ?  » Il avait bien envie de râler, mais peut-être cela pouvait-il attendre un peu.


tic tac
Time is a sort of river of passing events, and strong is its current; no sooner is a thing brought to sight than it is swept by and another takes its place, and this too will be swept away.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-10, 02:31
i saw the devil
musique – Jack t'a déposé aux bords de la ville. Tu as marché silencieusement jusqu'au bidonville, les écouteurs calés dans les oreilles et l'esprit un peu perdu. Tes jambes tremblent et des frissons électriques te parcourent l'échine. Tu sembles anéanti. Les yeux des passants matinaux s'attardent sur toi et ta tenue ensanglantée et boueuse. Tu les ignores. Tu marches comme un mort vivant dans les rues d'Equilibrium et au tournant de la rue, une odeur de brûlé se dégage. Au loin, une fumée blanche s'évapore dans le ciel. Tu restes la fixer un instant. Le feu s'est éteint et tu sais d'où il vient. Tu sais que c'est dangereux mais tu as besoin de voir. Tu as besoin de savoir. Tu as besoin de considérer les faits. Alors tu marches, tu ne t'arrêtes plus jusqu'à finir devant la carcasse de cette chaleureuse baraque. Elle est noire, démembrée. Il n'y a pas un chat. C'est le vide total là, sous tes yeux et là, dans ton cœur. Tu n'as même pas la force de pleurer la disparition de ton chez toi. Tu aurais pu perdre bien pire hier soir.
Tu t'aventures dans les décombres à la recherche d'un vieux souvenir auquel tu pourrais te raccrocher. Arrête toi, Hannibal, tu te fais du mal, songes-tu. Mais tu n'écoutes même pas ta raison – l'as-tu seulement écouté un jour ?
Mais rien. Rien que des cendres à perte de vue. Tu serres les dents, tu glisses tes mains dans les poches et très vite, ce qui te servait de refuge se retrouve dans ton dos et disparaît. Tu prends la route jusqu'au QG avec un peu plus de tristesse dans le fond des yeux que de haine.

Il n'y a personne – c'est trop tôt, encore. Pourtant tu entends des bruits. Des pas, et autre chose ? Tu lèves les yeux. Zephyr. Ton cœur fait un bond dans ta poitrine et tu ne sais pas pourquoi, mais voir un de tes collègues réveille en toi quelque chose d'étrange. Peut-être le réconfort, tu l'ignores. J'ai ramené un petit souvenir. Tu fixes sa jambe. Il n'en faut pas plus pour te faire bouillonner. Il plaisante, il semble si détendu face à la gravité de la situation. Il veut même regarder ta main. Il t'énerve. Il t'énerve.
Tu te hais.

Après quelques secondes de silence à fixer le sol, tu finis par lancer les tables et les chaises les plus proches de toi dans des cris de rage et de désespoir. Tu te hais tellement. Non seulement tu avais mis en danger Jack et sa fille, mais il fallait que tu impliques Zephyr dans tes erreurs. Tu te hais.
Tu es essoufflé. Tu ne sais pas quoi faire pour te calmer. Tu fermes les yeux, te les frottes maladroitement et serres dans ta main l'écharpe ensanglantée qui avait fait guise de bandage jusqu'ici.

« Merde je-. Tu prends une grande inspiration. Je suis désolé. Je pensais pas. Que. Tu sais. »

Tu serres les dents. Tu contiens ta rage et petit à petit, ce traitement s'avère efficace. « Ne t'occupe pas de ma main, ça va déjà mieux. Prends soin de ta jambe. » Tu fixes les armes par terre qui ont valdingué  au travers du club dans ton excès de colère. Tu supposes que tu lui dois des vrais explications.

« J'ai- Par où commencer ? je devais rendre de l'argent à la mafia en échange de services. Je n'ai pas pu tout récupérer, ils se sont impatientés et voilà comment il fallait que ça finisse. Je leur ai dit de me laisser un mois de plus et... je ne sais pas. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Je n'ai pas d'explications. »

Tu te laisses tomber contre l'une des banquettes, abattu. « Merci pour ton service. Et je suis vraiment désolé, encore. » Tu n'oses même pas le regarder.


being alive




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-11, 13:57

Ce fut une explosion de colère. Justifiée ou non, cela avait de quoi être terrifiant. Mais Zephyr resta complètement stoïque, bougeant juste légèrement la tête pour éviter un objet volant en sa direction. Si Hannibal avait besoin de tout casser, soit. C’était une manière comme une autre d’évacuer sa frustration. Avait-elle lieu d’être ? Probablement. Si quelqu’un avait voulu venir à ce moment-là, sans doute avait-il été découragé par le bouquant et la violence. C’est ce genre de comportement qui faisait l’implacable réputation d’Hannibal, qui faisait qu’on le craignait, qu’on le prenait pour une sorte de monstre. Mais dès que l’on prenait la peine de se pencher sur le détail, on découvrait facilement une certaine sensibilité. Drôle et dur à croire que c’était cette sensibilité qui déclenchait une telle colère, et puis ce silence, presque religieux, silence de plomb tombant sur la pièce saccagée, percé uniquement par la respiration lourde mais de plus en plus calme d’Hannibal. Il serrait sa main pour se calmer, comme si la douleur physique lui imposait une punition pour ses actes. Zephyr l’observa sans un mot tandis qu’il s’excusait, s’expliquait, s’excusait encore avant de s’écrouler.

Comme il avait cru le comprendre, c’était bel et bien la mafia contre le gang nord, en partie en tout cas. Les morts d’hier n’allaient sans doute pas arranger la chose. Aussi, cette guerre dont ils parlaient il y a quelques temps était enfin arrivée. Ou en tout cas, pas très loin. Maintenant, restait à s’occuper de l’état d’Hannibal, qui ne pouvait pas rester dans cette mentalité si ils avaient à affronter un réel conflit avec la mafia. Craquer un peu ça fait du bien, craqué complètement, c’est pas terrible. Et Zephyr ne supportait pas qu’Hannibal essaye de le fuir, même si ce n’était que des yeux, en cet instant.


« Regarde-moi. » Il avait laissé tomber le vous. Leur relation avait évoluée, peut-être que Zephyr pouvait appeler Hannibal un ami, malgré ce qu’il s’était passé. Mais surtout, le vouvoiement ne lui avait pas paru naturel sur le coup. Mais il voulait qu’Hannibal le regarde, hors de question de le laisser fuir avec des excuses. « Donc tout ça c’est ta faute. » C’était bien résumé, simple, mordant aussi. Zephyr avait aussi de la colère en lui, mais il ne l’avait pas exprimée en envoyant tout voler autour de lui. « C’est clair et net, on ne négocie pas avec la mafia. » Forcément, quelle idée de leur dire d’attendre leur argent encore un mois, et Hannibal qui disait ne pas avoir d’explication…il était plus intelligent que ça, il valait mieux que ça. Il savait forcément. Il avait joué avec le feu, s’était brûlé, et avait brûlé Zephyr avec lui. « Je n'accepte pas tes excuses. » Il avait dit ça d’une voix calme. « Tu sais, je m’attendais pas à ce que ce soit une sinécure quand je me suis engagé dans le gang. Bon, bien entendu me faire tirer dessus était pas dans mes plans, mais j’ai connu pire » il haussa les épaules avant de reprendre « mais ça fait partie des choses, des risques, pour lesquels j’ai signé, c’est comme ça, c’est la vie. Alors certes, c’est ta faute, mais je l’accepte ce risque, c'est ça que j'accepte. Et normalement, c’est le cas de tout le monde ici. Maintenant faudra juste voir comme tu vas arranger cette histoire de Mafia » il désigna avec sa canne le bordel causé par la colère d’Hannibal un peu plus tôt « si ça termine comme ça à chaque fois que quelqu’un est blessé, j’imagine pas le jour où y’aura un mort. » Nouveau mouvement d’épaule. « Malgré ce que tu peux croire, t’es quelqu’un de bien Hannibal. »


tic tac
Time is a sort of river of passing events, and strong is its current; no sooner is a thing brought to sight than it is swept by and another takes its place, and this too will be swept away.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-15, 17:30
i saw the devil
musiqueDonc tout ça c'est ta faute. Tu ne peux pas t'en empêcher : ton regard bifurque sur un coin de la pièce. Bien sûr que ça l'est, mais y faire face n'est pas une mince affaire. Jusqu'à présent, en cinq ans, tu n'as jamais eu à constater des blessés – graves ou non – par ta faute, encore moins des morts. C'est la première fois, pour toi. Tu t'en veux comme tu en veux à Faelan de t'avoir offert ce rôle que tu détestes tant. Qu'est-ce qui t'empêche de le quitter ? Peut-être la peur. La peur de fuir son devoir, la peur de décevoir. Contrairement à ce que ta nonchalance habituelle laisse douter, tu es soucieux du regard des autres sur ta personne et tu souhaites dégager l'image d'un homme digne de confiance, un vrai leader. Pas juste un gangster assoiffé de sang et de pouvoir. Tu es curieux de savoir comment les autres chefs dirigent leurs troupes, eux. Car s'il existe des cours particuliers pour être un bon dirigeant, tu les suivrais volontiers.
Je n'accepte pas tes excuses. Ca sonne comme le glas. Si tu pouvais baisser plus la tête, tu le ferais. À la place, tu te contentes de faire face à ses mots aussi tranchant que des poignards. Tu sais qu'il a raison et qu'il fait bien de ne pas t'excuser : sans cela tu ne ferais même plus attention à tes actes que tu prends toujours trop à la légère. Tu réaliseras peut-être, dans le futur, que tes décisions n'impliquent pas seulement ta petite personne – et pourtant tu sais que tu n'es pas d'un naturel égoïste. Alors pourquoi a-t-il fallu que tu foires tout comme ça, d'un coup ?

Puis finalement, lors de sa tirade, tu oses lui faire face. Il y a quelque chose de déconcertant chez Zephyr : il ne semble jamais énervé. Agacé oui, mais pas énervé. Ca te laisse toujours perplexe mais c'est sa nature, à lui. Malgré ce que tu peux croire, tu es quelqu'un de bien Hannibal.
Tu en es assez surpris mais tu te mets à pouffer de rire : d'embarras et d'angoisse. Ce n'est pas de l'amusement mais plutôt de l'ironie. Qu'est-ce qu'ils ont tous à dire que tu es quelqu'un de bien ? Tout montre pourtant le contraire !
Tu passes ta main sur ton visage et tente de reprendre ton sérieux – chose que tu parviens à faire assez rapidement au vu des circonstances.

« Je ne te comprendrai sans doute jamais. »

Avoues-tu.
Tu t'humidifies les lèvres et reprends : « Je... J'ai... Comment le lui avouer ? Tu prends une grande bouffée d'air. J'ai tué quelqu'un, aussi, hier soir. » Tu restes un instant regarder la canne qui accompagne la démarche de ton collègue. Et rien que ça, ça te remet en colère. « J'imagine que ce n'est pas fini. J'ai réussi à mêler trois personnes là-dedans alors que j'étais la seule cible. » Aurore, Jack et Zephyr. Si encore il aurait s'agit de Faelan ou d'un autre membre phare du gang, peut-être que tu aurais pu l'assumer un peu plus correctement. Mais ici, nous parlons d'une petite fille, d'un citoyen et d'un type que n'sait pas vraiment se battre. Enfin. Il est encore vivant. Tu supposes que si, il sait se battre, mais à sa façon – comme il te l'a expliqué l'autre fois, sur le toit.

« Franchement si tu m'dis que j'suis encore quelqu'un de bien je te démonte la mâchoire. »

Aussitôt chassée, la violence et la maladresse de tes mots reviennent à grandes enjambées. Tu fais le tour du comptoir et sors deux verres ainsi qu'une bouteille de rhum. Tu vides la liqueur dedans et fais glisser l'un des verres jusqu'à Zephyr. D'habitude, tu te serais jeté sur l'alcool. Mais rien que le faire de la regarder flotter te stoppe. Tu n'as pas bu depuis longtemps, quand tu y repenses, et tu es hésitant. Tu n'as pas envie de t'abaisser à ça.

« Qu'est-ce que tu me conseilles de faire ? »

Sur l'alcool ou sur la situation générale ? Qui sait.
Un chef qui demande à un membre lambda des conseils. On aura tout vu.


being alive




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-16, 13:26
La déclaration d’Hannibal arracha un rire à Zephyr. Le constat était drôle. Hannibal ne le comprendrait jamais. A vrai dire, Zephyr n’était pas certain de lui-même être capable de s’expliquer à quelqu’un d’autre ou ne serait-ce qu’à lui-même. Il arrête de rire quand son chef reprend la parole, il semble avoir quelque chose à dire qui lui tient à cœur et lui avoue qu’il a tué quelqu’un. Serait-ce une confession due au regret ? Etrange de la part de quelqu’un qui est déjà passé par la case prison, mais pas si étonnant que ça si on considère que cette personne est Hannibal, plus sensible que sa réputation ne le laisse croire, mais quand même capable de vous foutre la raclée de votre vie si vous le faites chier. Mais Zephyr comprit vite ce qui l’embêtait le plus, c’était d’avoir impliqué trois personnes qui n’avaient rien à voir dans l’affaire. Il ne connaissait pas les deux autres et doutait qu’il s’agisse de membres du gang, sinon il y aurait eu de grandes chances pour qu’ils soient aussi là. Il se demanda un instant qui étaient ces deux autres personnes, puis passa à autre chose, si Hannibal n’avait pas précisé, c’est sans doute qu’il n’en avait pas l’envie. Et mieux valait ne pas essayer de lui tirer les vers du nez après sa colère de tout à l’heure, après une balle dans la jambe, Zephyr n’avait pas envie de se prendre une chaise dans la gueule.

Il rit à nouveau quand Hannibal menaça de lui casser la gueule si jamais il prétendait à nouveau qu’il était une bonne personne.
« Compris chef » lâcha-t-il, hilare avant de se lever pour le suivre au bar. Franchement il avait rarement vu quelqu’un dans un tel déni, mais bon, il n’allait pas insister, même si cette tendance qu’avait Hannibal à se déprécier était assez impressionnante, Zephyr était docteur, et pas psy, il n’allait pas travailler sur le problème de rapport à sa propre image qu’avait clairement Hannibal. L’important était ce que lui en pensait, et si il considérait Hannibal comme quelqu’un de bien, sans aucun doute Zephyr avait-il ses raisons. Il en avait rencontré des beaux salopards, et le chef du gang du nord ne leur arrivait pas à la cheville, de toute manière, ce n’était heureusement pas une compétition de qui pouvait être la plus belle ordure. Il l’observa vider la fin d’une bouteille de rhum dans leurs deux verres et il attrapa celui qu’Hannibal fit glisser vers lui avec un petit mouvement de tête pour le remercier, avant de faire venir à lui l’une des chaises du bar afin de s’assoir ; rester debout tirait douloureusement sur sa jambe. Il prit le verre et observa le liquide ambre avant de le soulever d’un petit geste de main vers Hannibal, comme pour porter un toast. « trois zéro, joli match » lâcha-t-il comme si le nombre de mort dans chaque camp n’était qu’un score de sport avant d’avaler cul-sec le contenu de son verre et se secouer la tête tandis que l’alcool faisait son chemin chaud à travers sa gorge jusqu’à son estomac. « J’avais bien besoin de ça » avoua-t-il avant de reposer le verre sur le comptoir. « Quant à quoi faire je pense que tu devrais te mettre dans la tête du chef de mafia. C’est comme un gang, mais en plus organisé. Qu’est-ce-que te ferais si les gens qui nous doivent de l’argent ont du retard sur le payement mais en plus tuent trois des nôtres quand on va leur faire comprendre qu’il faut payer ? » Il ne savait pas comment le Nord réglait les problèmes de retard de payement et c’était peut-être l’occasion de l’apprendre.


tic tac
Time is a sort of river of passing events, and strong is its current; no sooner is a thing brought to sight than it is swept by and another takes its place, and this too will be swept away.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-21, 00:45
i saw the devil
musique – Zephyr y va sans peine, avec l'alcool. De ton côté, tu restes regarder la liqueur orangée flotter dans ton verre en te perdant dans tes pensées Ah, si seulement tu n'avais pas un passé aussi compliqué avec ta dépendance. Si seulement elle n'était pas elle-même bourrée de mauvais souvenirs – tout du moins, là où elle prend ses racines en est bourré. Trois zéro, joli match. Ca t'arrache un sourire, malgré tout. C'est difficile de trouver de l'amusement au vu de la situation mais s'il le peut, alors toi aussi. Peut-être que c'est mieux ainsi, de relativiser plutôt que d'être sur les nerfs. Ou peut-être que non. Peut-être que tu devrais rester rouge de rage et les effrayer pour qu'ils ne puissent plus jamais oser remettre les pieds sur ton territoire – mais te prendront-ils seulement au sérieux ? T'es con Hannibal, putain.
Le binoclard te propose de te mettre dans la tête d'un mafieux. La question est : en quoi est-ce vraiment différent d'un gangster ? Dans l'idée où tu en es véritablement un, en fait. Encore une fois, tu n'es pas un chef exceptionnel et tu n'es pas né dans ce monde, tu en apprends encore tous les jours. Qu’est-ce-que te ferais si les gens qui nous doivent de l’argent ont du retard sur le payement mais en plus tuent trois des nôtres quand on va leur faire comprendre qu’il faut payer ? Tu relèves le bout de ton nez vers lui. Ton sourire s'est évaporé. Que ferais-tu ?

Tu te pinces les lèvres et tu fronces les sourcils. Tu ignores si c'est le regard des autres suite à d'éventuels assassinats au sein de ton groupe qui t'inquiète le plus ou le simple fait d'avoir des morts sur la conscience – quand bien même tu n'es pas quelqu'un d'extrêmement altruiste – tu as appris à faire le juste milieu et tu sais, qu'un jour, il y aura des pertes.

« Je me vengerai. Je me vengerai et je les tuerai. Tu t'étonnes toi-même de tes propres paroles. Le souvenir du meurtre d'Ellen et de ce jeune inconnu dans les plaines la veille t'arrache un lourd frisson. Comment peux-tu penser prendre à nouveau la vie de quelqu'un avec une telle froideur ? Tu sais mieux que quiconque à quel point cela est précieux. Fait chier. Mh. Mais je suppose qu'un mafieux n'a pas vraiment d'attache à ses sous-fifres. Pas comme nous. Mais ça doit leur avoir foutu un coup dans la fierté alors... Ils s'attaqueraient à la nôtre ? Tu souffles. T'es franchement pas un bon détective. J'vais pas t'le cacher mais j'suis vraiment naïf. Alors s'ils préparent quelque chose j'pense pas pouvoir le remarquer. »

Tu te laisses tomber sur un tabouret près du bar, renonçant à boire au passage. « Heureusement que y a des têtes comme toi parmi nous. Tu lui adresses un regard. Mais on s'en sortira. C'est bien ce dont je suis certain. Tu veux peut-être qu'on parle d'autre chose ? Haha. J'ai franchement... Envie de me saouler. Mais j'me suis promis d'arrêter pour... Bref. Du coup j'aimerai m'occuper l'esprit. »


being alive




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-02-23, 11:46

La réponse d'Hannibal ne fut pas une surprise. Si il y avait bien quelque chose que Zephyr avait compris par rapport à son chef, c'était son attachement presque filial avec les membres du gang. Il se sentait sans doute responsable de chacune des vies portant les couleurs du Nord. C'était trop d'ailleurs. Il ne pouvait pas porter la responsabilité de chacun des actes des membres de son gang, et de tout ce qui pouvait leur arriver, il se perdrait dans la tâche, sombrerait dans la folie, rongé par la culpabilité; car le peu de blessés et surtout le non-nombre de morts depuis son arrivée relevait du miracle, or ce miracle ne tiendrait sans doute pas très longtemps, surtout pas avec la mafia aux fesses. Il faudrait que l'Hannibal au cœur tendre voit avec l'Hannibal au cœur de pierre pour trouver un juste milieu, cela en allait de la survie du gang.  

Zephyr eut un petit sourire à la confession de cette naïveté. Il pensait qu'Hannibal se dépréciait beaucoup, mais il ne pouvait pas renier qu'il y avait une part de vérité dans ce constat. Quant à sa théorie, cela dépendant de la mafia. Certaines se voyaient comme une grande famille, aussi cela dépendait du rang des personnes qu'ils avaient abattus. De toute manière il faudrait être sur ses gardes pendant un moment, ne pas baisser l'attention
"il faudra peut-être prévenir les membres du gang de faire gaffe" dit-il avant de continuer de laisser Hannibal parler. Et voilà que ce dernier le flatte. Et bien, on est passé des menaces de mort à la flatterie en quelques épisodes. Cela arracha un nouveau sourire à Zephyr, qui avait plutôt l'habitude de s'entendre dire qu'il était fou, malsain, pervers aussi. Alors que pour une fois, quelqu'un lui fasse un compliment, ça lui faisait plaisir.

Parler d'autre chose oui mais de quoi ? Avant d'y réfléchir, Zephyr prend le verre d'alcool en face d'Hannibal et le fait glisser à l'autre bout du bar. Son chef n'a pas envie de boire, aussi faut-il éloigner la tentation, car d'après ses propos, elle est palpable. Parfois le Moonstruck a des automatisme de ce genre, sans doute sa formation de médecin trop ancrée en lui, ou alors était-il tout simplement, autrefois, juste un mec sympa et ce genre de chose en font des refoulées ? Il se rend bien compte qu'il est en train de se lier d'amitié avec Hannibal, dans un sens, c'est bien, qui ne veut pas d'amis ? Surtout quand on est dans sa situation et prévoit des choses comme il le fait. Mais dans un autre, est-il prêt à se refaire des amis, déjà. Mieux vaut ne pas y penser.
"Tu as envie de parler de quelque chose en particulier ? Sinon j'peux te faire le listing des équipements médicaux que j'aimerais bien avoir mais ça risque d'être un peu ennuyant quoi".


tic tac
Time is a sort of river of passing events, and strong is its current; no sooner is a thing brought to sight than it is swept by and another takes its place, and this too will be swept away.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hannibal D-J Somerset
FONDATEUR // CHEF DU NORD

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-10, 10:12
i saw the devil
musique – En parler aux autres membres et les faire douter de ton efficacité en tant que chef, prendre le risque que certains prennent cette histoire trop à cœur ? Tu n'es pas sûr de vouloir tenter le coup, quand bien même cela serait plus raisonnable pour la sécurité du Nord. Tu vas devoir prendre un moment pour y réfléchir sérieusement et tu ne peux pas t'empêcher de rester égoïste : du moment que Faelan, Jack et Aurore sont en sécurité, le reste t'importe quoi. Tu chasses très vite cette pensée cruelle. C'est bien la première fois que tu te permets de songer un seul instant à sérieusement mettre ton gang en danger au profit de ton amourette et de ton meilleur ami – alors qu'ils peuvent aussi bien se débrouiller seuls, ce ne sont plus des enfants. Tu soupires. Tu n'y arriveras donc jamais et tu ne cesseras pas non plus de te le répéter : heureusement que des personnes comme Zephyr sont présentes pour te remettre sur le droit chemin lorsque cela est nécessaire.

Tu as envie de parler de quelque chose en particulier ? Sinon j'peux te faire un listing des équipements médicaux que j'aimerais bien avoir mais ça risque d'être ennuyant quoi. Tu ris. Etonnement, tu ris.

« Je passe mon tour. Si t'as des commandes à faire parles-en aux autres membres ils finiront bien par te trouver des trucs sympa. »

Tu lèves la tête vers le ciel un moment et une question te vient enfin en tête.

« Le futur.
Parle-moi du futur.
 »

Qu'est-ce que c'est que cet intérêt soudain pour quelque chose que tu ne verras jamais, Hannibal ?


being alive




random shit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
2016-03-10, 17:00
[justify]Le futur. Il y a tant de choses à dire que le sujet. Cela lui arrache un sourire triste. Tant à dire sur ce qui a été détruit. Pourtant Zephyr ne pense pas qu’Hannibal demande spécifiquement ce qu’il s’est passé. Ce n’est pas comme avec Bambi ; elle voulait savoir ce qui l’avait fait fuir et il avait mis pour elle des mots sur l’horreur. Hannibal voulait qu’il lui parle du futur, sans préciser. Or le futur n’était pas que la destruction. « Les immeubles sont sans fin, dans les bas quartiers on ne voit même plus la lumière du jour. » commence-t-il. Pourquoi pas ça ? Peut-être car c’est dans les bas-fonds que date sa dernière vue du futur, c’était là que les survivants s’étaient réfugiés, c’est le dernier souvenir qu’il en a. « Mais les étages supérieurs sont très lumineux, comme aujourd’hui. Au niveau architecture, c’est à peu près pareil, les lignes sont juste plus fines et épurée. » Il n’était pas là pour faire un traité sur l’architecture. « La vie était plutôt calme, avant. Il n’y avait plus de gangs, les mafias étaient sous contrôle. Comme toute la ville. » Premier point négatif, il ne s’agissait pas de faire une apologie de son époque, elle avait bien des défauts, qui avaient causé sa perte. « Les robots étaient partout, police, hôpitaux, maison. On était tous encore plus connectés qu’aujourd’hui, on portait au bras un petit appareil qui nous reliait à la ville, très pratique. C’est ensuite devenu dangereux. » Il soulève sa manche droite et révèle sur son avant-bras une cicatrice profonde et encore bien rose ; elle est rectangulaire, et c’était comme si il y avait eu quelque chose d’implanté ici qui avait été arraché de force. Mais il avait beau essayé, Zephyr n’arrivait pas à séparer le futur de ce qui était arrivé. Les deux étaient désormais liés dans son esprit comme dans son histoire. « Je suis quand même mieux ici. » lâche-t-il finalement en baissant les yeux. Etait-ce vrai ? Peut-être. En tout cas tout était mieux que les six mois de fuite terrible et que tout ce qu’il avait vécu. Pour le reste…Et bien le reste était entaché pour toujours. « Je pensais que tu ne voulais pas m’en entendre parler, qu’est-ce qui t’as fait changer d’avis ? »[/justify]


tic tac
Time is a sort of river of passing events, and strong is its current; no sooner is a thing brought to sight than it is swept by and another takes its place, and this too will be swept away.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
being alive | Hannibal & Zephyr
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Stay-Alive =D
» + ghost keeping me alive.
» Hannibal Lecter - La chasse est ouverte.
» I wasn't gone, I was alive in my own perfect world ( Reagan )
» Screen FSX

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DAFTLAND! :: PARTY HARD :: LES RPS-
Sauter vers: